Bien répondre aux questions-pièges

Bien répondre aux questions pièges ! Sûrement l’étape qui fait le plus stresser un candidat avant et pendant l’entretien : que dois-je répondre ? Existe-t-il une réponse tout faite, « passe partout » ? Pourquoi on me pose cette question ? Autant d’interrogations que l’on va ensemble dédramatiser pour comme toujours : augmenter ses chances de succès !

1ère question-piège : « Citez moi 3 qualités & défauts »

Je commence par ma préférée car de mes expériences en recrutement, je pense ne pas me tromper en disant que cette question est la N°1 du stress chez le candidat !
Avant toute chose, il faut comprendre pourquoi cette question est posée.

Raison :

Le recruteur va poser cette question pour un seul et unique but : tester la connaissance de soi du candidat ! On pourrait presque penser que finalement, ce n’est pas le contenu de la réponse qui va compter, mais la rapidité et la sincérité avec laquelle le candidat va répondre.
Le recruteur cherche également à analyser la capacité à se remettre en question, à s’auto-évaluer pour progresser.

Soluce :

Répondre calmement et ranger la goutte qui perle le long du front dans sa poche ! Il faut être préparé à cette question et avoir réfléchi au préalable aux réponses.
Mais attention, réciter par coeur ses qualités/défauts reviendrait à montrer un manque de sincérité.
Il faut donc se poser la question, et je recommande même pour être au plus près de la vérité, de la poser à son entourage !
Et oui, quoi de mieux que de demander à ses proches quels sont ses propres qualités/défauts et comment nous sommes perçus par les autres ^^

2ème question-piège : « Pourquoi vous prendre vous et pas un autre? »

Raison :

Le recruteur veut tester la capacité du candidat à se vendre, à se mettre en avant !
Le 2ème petit piège qui se cache dans cette question-piège est… l’humilité ! Se mettre en avant oui, écraser le reste du monde, non !

Soluce : 

Comme évoqué ci-dessus, la clé pour réussir à cette question reste : l’humilité (avec une touche de culot !)

2 possibilités selon le tempérament de chacun :

  1. J’ai un bon feeling et je me sens à l’aise je joue la carte « culot » : une réponse bien risquée mais qui, si elle marche, affiche gagnant !
    Réponse : « Et pourquoi pas moi ? »
  2. Je la joue soft et posé, bien dans mes baskets mais avec une marge de sécurité
    Réponse : « Je ne connais pas les autres candidats, ce que je sais c’est que je suis là devant vous et que…(à compléter par vos qualités, vos motivations, vos compétences)

Je ne peux recommander plus une réponse que l’autre, car le choix de la « bonne réponse » dépend de plusieurs facteurs, et notamment l’attitude du recruteur, l’ambiance déjà présente à l’entretien, etc.
En revanche, je peux recommander ceci : choisir la réponse qui se rapproche le plus de sa personnalité (on n’oublie pas : sincérité !)

3ème question-piège : « Pourquoi avoir arrêté de travailler pendant X mois/années ? »

J’ai déjà rencontré des candidats qui m’évoquaient avoir peur de justifier le fait qu’ils aient pris « une année sabatique », sous-entendu être restés sans emploi pendant un certain temps.
Quelle ne fut pas leur réaction lorsque moi-même je leur répondais : « Oui et alors ? »

Il faut sortir du tabou d’être pointé du doigt comme « fainéant », « profiter du système », etc. 

Raison :

Le recruteur, à ce moment précis de votre entretien, n’a eu pour preuve du parcours professionnel/scolaire qu’une seule chose : le CV !
Autrement dit, c’est une parole, un écrit mais sans explication derrière du pourquoi ce « trou » dans le CV.
Le recruteur veut alors en savoir plus, comprendre le fil rouge de la carrière du candidat et y trouver un sens.
Il est temps d’expliquer tout ceci et d’être bien organisé dans sa tête !

Soluce :

La clé de la réussite va être de bien connaître son……………projet professionnel !!
Et oui quoi de pire que d’arriver devant un recruteur qui après plusieurs questions, n’a toujours pas compris ce qui amène le candidat devant lui.
C’est pourquoi, face à ce « trou » dans le CV, il est primordial d’être en mesure de l’expliquer.
Réorientation scolaire/professionnelle ? Mauvaise expérience ? Raisons privées ?
Quelque soit la raison de ce « trou » dans le CV : il faut rester encore et toujours sincère ! Et s’être préparé à cette question pour en expliquer comment on est arrivé là, et comment on a rebondit après ce vide.

Petits conseils supplémentaires (c’est cadeau et offert par le coach !) :

  • Un candidat en stress est un candidat non-préparé aux yeux du recruteur : le stress est normal et compréhensible, du moment qu’il est maîtrisé.
  • Eviter les sources de stress inutiles telles qu’une tenue vestimentaire mal adaptée, un mauvais sommeil la veille, des antidépresseurs, et autres artifices.
  • Il vaut mieux prendre son temps pour répondre (mais pas trop !) que se précipiter sur la réponse : ce n’est pas un concours de vitesse !
  • Venir équipé de quoi prendre des notes : c’est un entretien de recrutement, dans lequel les 2 parties (recruteur & candidat) font connaissance pour potentiellement travailler ensemble.
  • Rien ne sert de voir le recruteur comme un bourreau : c’est un être humain, comme nous tous, qui a misé sur un candidat qui semble faire l’affaire.
  • Arriver à l’étape de l’entretien signifie une chose très importante : j’intéresse ! Donc il faut y aller en vainqueur, pas en victime !

Voici donc quelques questions-pièges (les plus rencontrées en tout cas) et leurs soluces qui j’espère te permettront de sortir vainqueur de cette étape qu’est l’entretien !

N’oublies pas que ton coach te propose des sessions te permettant de t’entraîner individuellement si tu en ressens le besoin !

En attendant, je te laisse le soin de regarder en dessous de cet article : un cadeau t’attend pour réussir à survivre dans la jungle du recrutement 😀

N’hésites pas si tu estimes que cet article peut aider d’autres personnes à le partager sur les réseaux sociaux (ou par pigeon voyageur ca peut marcher qui sait !)

Coach Mika

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *